Le 7 Péchés capitaux

Au Théâtre de Caen, quelques photos du filage d’un « ballet chanté pour cinq voix et un orchestre (1933) de Kurt Weill (1900-1950) sur un texte de Bertold Brecht (1898-1956). 1933. Le monde bascule. Hitler est élu. En cette année noire où les Nazis brûlent les livres, Bertold Brecht, exilé, écrit un seul texte : Les Sept Péchés capitaux des petits bourgeois. Un texte insolent, grinçant et courageux qui dénonce bourgeoisie et clergé s’agenouillant devant la loi du plus fort ». (texte de présentation du Théâtre de Caen)

Très belle réussite, sur tous les plans. Comment dire alors qu’il résonne désagréablement en ces temps d’illibéralisme, de trumpisme, poutinisme et Xi Jing Pingisme, etc…..

Quelques photos

Jacques Osinski, mise en scène
Marion Lévy, chorégraphie

Nathalie Pérez (Anna)
Noémie Ettlin (Anna 2)
Manuel Nunez-Camelino(Frère 1)
Camille Tresmontant(Frère 2)
Guillaume andrieux (Père)
Florent Baffi (Mère)

Yann Chapotel, scénographie et vidéos
Catherine Verheyde, lumières
Hélène Kritikos, costumes
Marie Potonet, dramaturgie

Benjamin Lévy direction musicale
Orchestre Régional de Normandie

Bonne Chance – Sorcellerie en temps de Covid

Bien sûr les théâtres et autres lieux culturels sont fermés, et la culture est le dernier souci de la ministre. Mais les artistes travaillent. Étape de création aux Ateliers Intermédiaires pour la compagnie « Bonne Chance ».

Présentation du projet :
Tellement démuni.e.s face à la crise écologique et l’accumulation des mauvaises nouvelles – au point de se définir comme éco-dépréssifs –, les membres de la compagnie décident d’arrêter définitivement leurs activités théâtrales et de se « radicaliser » en faisant de la magie. Ils vont convoquer les principales figures de l’écoféminisme, notamment les sorcières contemporaines, afin de retrouver un sens dans leur activisme artistique. En utilisant les rares possessions de la compagnie, ils vont réaliser un rituel, magique et participatif, théâtral et musical, où on les verra notamment enfermer le désespoir de notre époque dans une boîte (comme une boîte de pandore inversée) ; écorner puis enterrer une licorne ; faire se lever un vent de pouvoir balayant les peuples ; tisser une immense toile de sortilèges ; se faire posséder par le fantôme d’une sorcière ; maudire les multinationales du capitalisme destructeur ; ou encore discuter avec les esprits de la nature.

C’est un travail en cours avec de grands moments, particulièrement le moment de sorcellerie, mais l’introduction est très forte aussi dans son actualité.

Quelques photos :

 

Distribution :
Mise en scène – Maxime Gosselin
Texte et Jeu – Elsa Delmas, Maxime Gosselin et Sophie Lepionnier
Création sonore et musicale – Yann Fontbonne / Juste Oreilles
Créations visuelles / Scénographie – Antoine Piel
Collaboration artistique – Alexandre Chatelin

Touche pas à mon arbre – La Fabrique

Comme un Filage, ou une répétition en situation, un spectacle de théâtre d’objet, « La Fabrique » : comment un lotissement s’installe, est installé, fait irruption (disruption ? : briser en morceaux, faire éclater, rompre, détruire) à la campagne et y bouleverse tout, les activités rurales, l’élevage, les promeneurs, les animaux, et la nature macadamisée. La Compagnie Sanssoucis, Max Legoubé et Tom A. Reboul, et la visite de Pierre Tual.

C’était au Cube, Centre culturel Coeur de Nacre, à Douvres la Délivrande

Dada Noir : Homo Sapins

DSC_9120

Présentation de travail aux Ateliers Intermédiaires : La compagnie Dada Noir a proposé des tableaux d’une création en cours, Homo Sapins (Avec Nicolas Combrun, Benjamin Audouard – Collaboration artistique : Mathilde Gilot). Puissance des textes et de la scénographie !

Photographies du filage et de la présentation de travail

Éloge de la danse – Vibrations#2 – Danse à tous les étages

Vibrations2_Théâtre_1_107-2

16 et 17 octobre 2015, le théâtre de Caen (ouvert pour l’occasion par son directeur) accueillait la danse, de nouveau, Vibrations#2, à l’initiative de Michèle Latini. Alors qu’arrive à Caen le nouveau directeur du Centre Chorégraphique, des danseurs professionnels et amateurs, de toute discipline (classique, Hip-Hop, jazz, contemporaine, mandingue, butô, tango, flamenco, indienne, orientale… j’en oublie peut-être), sont venus en bénévoles pour une rencontre ouverte au public. Avec des ateliers réservés aux danseurs, des présentations ouvertes au public qui pouvait rencontrer un peu au hasard dans un foyer, sur un palier, sur la scène, des danseurs, au travail ou dans une présentation soigneusement préparée. Les journées se sont conclues sur un moment point d’orgue, grande rencontre de musiciens professionnels (jouant de différents instruments de différentes traditions : de la flute africaine au piano en passant par une harpe irlandaise) qui se sont lancés dans une longue improvisation sur laquelle les danseurs professionnels se sont eux aussi lancés dans une longue improvisation (pour laquelle quelques temps de répétitions avaient permis de construire quelques repères). Moment enthousiasmant mais « interminable » car dans sa dynamique il ne pouvait avoir de fin satisfaisante.

Un week-end exceptionnel, au cours duquel les différentes traditions se sont croisées, rencontrées, enrichies….  Ce matin lisant « Le Monde » du 30 octobre, je suis tombé sur cette citation de Paul Veyne à propos de Palmyre: « Oui décidément, ne connaître, ne vouloir connaître qu’une seule culture, la sienne, c’est se condamner à vivre sous un éteignoir ». La rencontre des cultures ne génère pas une sorte de syncrétisme tiède et sans saveur, mais des courants de créativités originales.

Le site de l’événement : http://www.danseperspective.com/theatre2015/index.html

Quelques photos de moments de préparation et de moments de ce week-end.

 

Vibrations#2_2_1238

Mon amour….

Projet_libéral_1_81_01_DxO_DxO

Répétition, reprise de rôle aux « Ateliers intermédiaires » à Caen la compagnie « Projet libéral » en résidence pour « Mon Amour ». Dom Juan revisité, repris, à peine détourné, encore plus débordant de vitalité, et Charlotte. Décoiffant de par son énergie, mais aussi par les partis pris, les jeux de scène et les jeux d’acteurs. Tellement fascinant que le photographe oublie parfois de déclencher… Quelques photos malgré tout…

 

Répétitions – Dans l’espace

CieComerouletes1_50

Des résidence, des temps de répétition, d’exploration, aux Ateliers intermédiaires (Caen), à la Fonderie (Hérouville Saint Clair), et au théâtre Foz (Caen), pour la compagnie « Comme sur des roulettes » qui préparait le spectacle « Dans l’espace » dont les premières représentation ont lieu au Théâtre Foz.

Spectacle Jeune Public : « C’est l’histoire d’un p’tit gars rêveur et différent qui s’appelle Nick. Nick Spout. A l’école, c’est compliqué. Est-il autiste ? Est-il surdoué ? Juste très timide ? Malade ? A-t-il perdu un parent ? Est-il simplement étranger ? Ou bien, a-t-il un caillou dans sa chaussure ? Etrange en tout cas… Différent. Toujours dans la lune, dit la maîtresse« . (extrait de la présentation au Théâtre Foz).

Adam Baladincz, Annette Banneville, Denis Monjanel, Kiké Goméz

Théâtre Foz : http://www.theatrefoz.com/lelieu/index.php/programme

CieComerouletes2_197-2