La Bataille « Encore »

Profitant d’une journée de soleil, retour sur un de mes terrains de jeux favoris : « La Bataille ». Il avait un peu plu et de l’eau s’était glissée dans certaine flaques, mais pas grand chose de plus, sinon que tout reste sec.

Et puis en feuilletant un recueil de poèmes de René Char : « Il faisait si chaud cet été là que même les feuilles mortes venaient boire l’eau des bêtes dans les plats de terre ». (Eloges d’une Soupçonnée p184)

La Bataille : Peu d’eau, peu d’eau !

L’été le débit de l’Orne est toujours assez bas pour permettre de descendre dans les biefs sans trop se mouiller les pieds, cette fois-ci bien sûr l’eau est très très basse, encore un peu et les biefs seraient complètement à sec, il n’entre plus d’eau du tout, et l’eau stagnante manifestement s’évapore peu à peu. Hélas comme partout ailleurs du jamais vu.

Les feuilles des marronniers qui poussent sur les murs sont desséchées, comme grillées

5X5 Ciels mes monochromes

Un montage pour une exposition des adhérents d’Objectif Image 14, association caennaise de photographes amateurs.

Commencé comme un jeu en temps de confinement : le ciel, de ma fenêtre, à différentes heures du jour, du matin ou du soir, puis dans un rayon de 1Km, et quelques ajouts plus tardifs.

Un jeu avec les couleurs, les teintes des ciels, variables, complexes, en introduisant des monochromes aux couleurs issues de ces ciels pour jouer avec les limites, pour chercher le moment où le monochrome se perd dans le ciel. Et un clin d’œil aux carré# sur fond#.

Peut-être aussi un jeu avec le temps, dans l’opposition du ciel aux couleurs complexes, changeantes avec la course du soleil, ciel déjà changé, toujours là et jamais le même, versus le parfait monochrome, constant, comme une vaine tentative de nier le cours du temps.

Un jeu sur la limite, en ces temps de dérèglement climatique : comment savoir que l’on n’a pas encore dépassé la limite ultime de la planète quand la limite est parfois si difficile à percevoir ?

Plus simplement 25 haikus sur la course du soleil, le ciel et les nuages.

En Forêt – grand travaux

Un stock de grumes au détour du chemin, et en parcourant une forêt que je connais bien la découverte d’un nouveau chemin d’exploitation qui découpe la forêt et éventre un sol de sable et de graviers. Ça commence comme un chemin tracé pour un débardage, et ça continue comme une « trans-amazonienne » aux proportions de la forêt de Saint Martin de Sallen (sur 3 km). Craintes pour la forêt ? Il y a quelques années toute une parcelle, là où sont déposées les grumes, a été coupée à blanc.

Cimetière des Quatre-Nations (Caen)

Par un temps humide, passage dans un des vieux cimetières de Caen, le cimetière des Quatre-Nations (référence aux quatre paroisses qui créèrent le cimetière en 1785 [wikipédia]), qui n’est plus qu’un lieu de promenade, sorte de ruine urbaine en plein air, où la végétation et les pierres brisées des tombes de la bourgeoisie caennaise du XIXème siècle composent un environnement harmonieux.

Quelques photos

Et puis il y avait cette pierre tombale, brisée, sans nom, sur laquelle on avait déposé une fleur de crocus, amenée spécialement ? (je n’ai pas trouvé le plant de crocus dont elle aurait pu être retirée).