5X5 Ciels mes monochromes

Un montage pour une exposition des adhérents d’Objectif Image 14, association caennaise de photographes amateurs.

Commencé comme un jeu en temps de confinement : le ciel, de ma fenêtre, à différentes heures du jour, du matin ou du soir, puis dans un rayon de 1Km, et quelques ajouts plus tardifs.

Un jeu avec les couleurs, les teintes des ciels, variables, complexes, en introduisant des monochromes aux couleurs issues de ces ciels pour jouer avec les limites, pour chercher le moment où le monochrome se perd dans le ciel. Et un clin d’œil aux carré# sur fond#.

Peut-être aussi un jeu avec le temps, dans l’opposition du ciel aux couleurs complexes, changeantes avec la course du soleil, ciel déjà changé, toujours là et jamais le même, versus le parfait monochrome, constant, comme une vaine tentative de nier le cours du temps.

Un jeu sur la limite, en ces temps de dérèglement climatique : comment savoir que l’on n’a pas encore dépassé la limite ultime de la planète quand la limite est parfois si difficile à percevoir ?

Plus simplement 25 haikus sur la course du soleil, le ciel et les nuages.

Carrés sur Carrés

C’est un petit jeu destiné à remplir les jours confinés pendant le printemps. Inspiré de lectures d’un carré blanc sur fond blanc…. J’ai commencé par des carrés bleus puis j’ai introduit des variations. Le matin avant ou pendant le lever du soleil.

Ou encore en jouant avec le ciel et les nuages

Carte postale – Suisse Normande un jour d’hiver

Il fait plutôt gris, humide, une petite bruine, ou de la brume qui mouille, parfois un peu de soleil voire un beau rayon qui illumine un chemin creux, tout brille. Le ciel change, qui dit que les ciels normands sont gris ? Je me demande combien il y a de mots pour gris en normand ?

Printemps en Suisse Normande

Thury_Salen_5_05-09-13_78

Quoi que l’on en pense, on va vers l’été, et le printemps est commencé depuis quelque temps maintenant. La Normandie au printemps ce sont des pommiers en fleurs, et du colza, du colza, et aussi de colza, et de nombreux merisiers, ça et là. Cela donne une campagne qui éclate, de tous les côtés. Sous un ciel changeant, celui qui plaisait aux impressionnistes, et parfois une lumière sans égale, c’est toujours assez beau à regarder. Quelques « cartes postales » d’une promenade du côté de Thury-Harcourt.

Thury_Salen_5_05-09-13_5